Conseil des sages de la ville d'Arles Instance de démocratie participative

Archives | mai 2017

 

 

 

 

Cela se passait le vendredi 5 mai, en Salle d’Honneur de l’Hôtel de Ville en présence du Maire Hervé Schiavetti, hôte du Conseil des Sages dont le président Jean-Claude Guigue avait invité Sam Stourdzé, directeur des Rencontres d’Arles afin qu’il les présente aux conseillers. Ceux ci, entourés de parents, d’amis, de plusieurs élus et techniciens de la ville passait alors un grand moment qui restera dans les annales du CDS et dans les mémoires de tous ceux qui ont eu l’opportunité d’y assister.
Car Sam Stourdzé n’est pas seulement ce directeur qui donne depuis 3 ans, un nouvel essor aux Rencontres d’Arles, il est aussi un conteur exceptionnel qui sait faire partager à son auditoire, sa passion de la photo, son enthousiasme d’en être un  promoteur de premier plan et raconter avec humour des anecdotes propres à faire de son public un véritable complice. Et, attitude de nature à lui attirer toute la sympathie dans un tel contexte, il est aussi un amoureux de la ville d’Arles et de son patrimoine qu’il ne dissocie jamais de son activité.
« C’est l’exception arlésienne ! Il s’agit non seulement du plus grand festival mondial de la photo mais ce qui fait la magie d’Arles, c’est justement que l’art contemporain de la photo s’inscrit dans un patrimoine d’exception avec lequel il cohabite en parfaite harmonie. Lorsque je présente les Rencontres à l’étranger, je montre des photos de la ville, ces sites incroyables qui en sont les supports, les palais, les églises… On sait d’ailleurs que, contrairement à ce qui se passe dans d’autres festivals, 70% des visiteurs des expositions reviennent pour revoir la ville et son environnement. Et cela dure depuis 48 ans, depuis que 3 hommes ont créé ce qui alors étaient les RIP en leur donnant ce caractère si particulier où la photo, Lucien Clergue, cohabite avec le patrimoine, Maurice Rouquette et invite un public qu’on pourrait qualifier de -people cultivé – grâce Michel Tournier… »
Un hommage qui allait droit au coeur d’Anne Clergue présente dans l’auditoire et témoin naturel et privilégiée de cette épopée de pionniers.
Suivait alors une présentation vidéo de trois des expositions à « plusieurs niveaux de lecture » proposées depuis 3 ans : Total Records (photo) et ses pochettes de disques illustrées par les plus grands photographes dans le monde, Mathieu Chedid et son univers situé entre photographie et musique, et enfin le Western Camarguais présenté en 2016, véritable rappel émouvant et nostalgique des premiers westerns au monde tournés en Camargue : « A notre grande surprise, c’est cette exposition que nos partenaires  chinois de la « petite » ville de Chian Men  » (7 millions d’habitants ! Mais à l’échelle chinoise…) fondateurs, avec l’appui de notre ingéniérie  culturelle d’un Festival de la Photographie à l’image du nôtre, nous ont demandé à Estelle Rouquette et à moi lors d’une rencontre là-bas… »
Soulignons à cette occasion que ces mêmes partenaires souhaiteraient accoler le nom d’Arles à leur festival tant ce nom est devenu une référence internationale, un véritable label.
Une rencontre pour le coup, que les Sages et leurs invités ne sont pas près d’oublier
Marlène Bosc
Photos M.Bc.
Le programme 2017 en avant-première (non exhaustif)
– Latina , à la Chapellle du Méjan qui invite 28 artistes colombiens. Véritables témoignages sur ce magnifique pays qui émerge peu à peu des 60 années noires de guerre civile et de guérillas sur fond de trafic de drogue à grnade échelle.
– L’Iran et ses 66 photographes à la Chapelle Sainte-Anne.
– Hong Kong à l’église des Frères prêcheurs.
Tokyo et ses poupées chinoises;
– Il y a 100 ans, la révolution russe.
– « Looking for Lenin », en Ukraine, à la recherche des 5 500 statues de lénine déboulonnées ou masquées après la fin de l’URSS.
– Les désordres de notre monde : Monsanto.
Qui est Sam Stourdzé
En 2016 il expliquait lors d’une interview accordée à Mikael Zikos » Il s’agit du plus grand festival de photo au monde qui a réussi le pari d’être une radioscopie annuelle de la création, une caisse de résonance des pratiques : un état des lieux au plus près des artistes pour comprendre ce qu’est la photographie aujourd’hui. C’est aussi un rendez-vous social pendant la semaine d’ouverture avec plus de 13 500 professionnels accrédités. Le milieu se retrouve et s’élargit aux gens qui aiment l’image. Quand je dirigeais le musée de l’Élysée, en Suisse, je savais que j’économisais plusieurs voyages dans l’année en venant à Arles quelques jours, car je pouvais y voir tout le monde en un même lieu.

Ancien pensionnaire de la villa Médicis, Sam Stourdzé est directeur des Rencontres d’Arles depuis le 1er octobre 2014, après avoir dirigé le musée de l’Élysée de Lausanne en Suisse et assuré la rédaction en chef du magazine ELSE entre 2010 et 2014. En spécialiste des images, il poursuit ses recherches sur leurs contextes de production, de diffusion et de réception. Depuis plusieurs années, il étudie les mécanismes à l’œuvre dans la circulation des images, avec pour champ de prédilection les rapports entre photographie, art et cinéma. Il a été commissaire ou cocommissaire de nombreuses expositions et a publié plusieurs ouvrages, parmi lesquels Le Cliché-Verre de Corot à Man Ray, les rétrospectives Dorothea Lange et Tina modotti, Chaplin et les images, Fellini, la grande parade et, plus récemment, Derrière le rideau. L’esthétique Photomaton et Paparazzi ! Photographes, stars et artistes.

 

 

 

Agenda

mai 2017
L M M J V S D
« Fév   Juin »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031