Conseil des sages de la ville d'Arles Instance de démocratie participative

Archives | octobre 2010


Hervé Schiavetti, maire d’Arles présidait la première Assemblée pplénière depuis  la rentrée du Conseil des Sages. Accompagné de Philippe Pouliquen, directeur du développement et de la programmation, il a souhaité entretenir les conseillers d’un des projets majeurs pour la ville, le futur « Port de Plaisance » d’Arles. Celui-ci ,qui devrait voir le jour dans les 3 ou 4 années qui viennent, est placé sous la responsabilité d’un syndicat mixte constitué à parts égales par la Ville et la Chambre de Commerce et d’Industrie du Pays d’Arles. Les démarches administratives préalables à l’engagement des travaux sont en cours d’étude et de finalisation.
Ce dossier s’inscrit dans une perspective beaucoup plus large qui verra un développement urbain et touristique autour du Musée Départemental de l’Arles Antique et devrait trouver un écho, sur l’autre rive du Rhône, côté Trinquetaille, avec la valorisation des terrains des anciens établissements Perret.
Un double projet qui devra sans doute attendre pour être totalement harmonisé, le désormais fameux contournement autoroutier.
L’exposé de cette vision de l’avenir du sud d’Arles n’a pas permis au 1e magistrat de la ville de répondre aux questions que souhaitaient poser certains conseillers sur les dossiers qu’ils sont en train de réaliser. Ce n’est que partie remise puisque Hervé Schiavetti s’est engagé auprès du président Jean-Claude Guigue à y répondre au cours de la prochaine Assemblée Plénière.
Marlène Bosc
Oct/10

10

Risques d’inondation en Camargue

Objet : auto saisine du Conseil des Sages, préparation de la prochaine réunion (12/10/2010) avec Jean-Claude Ignace de la Commission Risques Naturels – Agenda 21 – Développement Durable

yves.lassagne@free.fr

Sujet : Risques inondations en Camargue

Vigilance orange. Qu’a-t-on fait ? Qu’a-t-on pris comme précautions ?

Actualité

Les deux derniers épisodes pluviaux orageux ayant entraîné une mise en vigilance orange (à quelques kilomètres d’une vigilance rouge pour la Camargue) font craindre un risque de catastrophe.

Les deux épisodes d’août (Draguignan) se sont soldés à chaque fois par une moyenne de 40 mm de pluviométrie en Camargue (entre les deux bras du Rhône). A quelques kilomètres tout autour les moyennes de ces deux épisodes dépassent 100 mm.

Les agriculteurs et usagers de la Camargue ont constaté l’ampleur de la monté des eaux, des débordements et des inondations avec seulement 40 mm. Qu’en serait-il avec 100, 150 ou plus ?

Le Conseil des Sages, au sein de sa Commission Risques Naturels – Agenda 21 – Développement Durable, attire l’attention sur ce risque majeur. Le conseil des sages observe et constate qu’à cette période de l’année :

–         Les surfaces en rizière sont pleines (et plus, voir explications ultérieures), avec selon les années de 15 000 à 20 000 hectares ; ces surfaces se comportent en cas de pluie, comme une toiture,  une surface bétonnée ou une piscine par débordement ; toute pluie est une goutte d’eau qui fait déborder un vase déjà plein,

–         Les fossés d’assainissement, qui ont pour rôle d’évacuer les eaux des rizières mais aussi de l’ensemble des autres surfaces bâties et non bâties en forte augmentation, sont pleins (et plus, voir explications ultérieures),

–         Les étangs sont pleins : le Vaccarès en particulier (les niveaux des autres étangs étant plus ou moins solidaires) est resté à des cotes très élevées, en particulier lors de ces épisodes pluviaux-orageux ; le niveau du Vaccarès empêche toute vidange naturelle des canaux d’assainissement, rendant incontournable le pompage de ces eaux pour les rejeter aux deux bras du Rhône en limitant aussi les possibilités d’évacuation et réduisant les temps de ressuyage,

–         Les stations de pompage qui ont pour mission de rejeter les eaux des canaux d’assainissement au Rhône fonctionnent de plus en plus, entraînant une sévère augmentation des cotisations aux adhérents (14% d’augmentation en 2009 pour Corrège Major et sans aucun doute une augmentation de même ampleur à venir pour 2010) ; et il arrive que ces stations de pompage tournent continuellement, souvent à pleine capacité, et que l’on parle qu’il serait indispensable d’augmenter leur capacité, ou bien de créer de nouvelles stations de pompage, voire même d’en installer pour rejeter les eaux directement à la mer (car lorsque le Rhône est en cru, et donc le risque accru) le rendement des pompes baisse sérieusement, voire même les pompes ne fonctionnent plus à partir d’une certaine cote pour le Rhône avec la fermeture des vannes et clapets de sécurité en cas de fortes crues (risque très accru).

Nous en sommes là : Damoclès ou un coup d’épée dans l’eau ?

Nous ne sommes pas là pour rappeler que la Camargue n’existe que par l’équilibre eau douce – eau salée, qu’avec une pluviométrie de 600 mm et une évaporation de 900 mm par an sans apport d’eau douce le déficit de 300 mm entraîne un effet de concentration du sel qui ne peut être compensé que par des apports d’eau douce et un lessivage des eau salées assurés aujourd’hui par l’agriculture et la riziculture en substitution des crues du Rhône jadis, qu’avec un niveau d’eau élevé constant en lieu et place des fluctuations passées la biodiversité s’en trouve simplifiée, qu’il y a sur le territoire des pêcheurs, des chasseurs, des manadiers, des terres cultivables, des marais, des zones habitées, des voies et des réseaux, une réserve nationale (13000 Ha), un parc naturel régional, deux communes, VNF, SYMADREM , MRM, DESMID,CEDE, Agence de l’eau, DDAF, DIREN, etc…etc….

Mais nous sommes  aussi avec Damoclès, c’est un constat.

Fonctionnement du système

Quelques schémas pour expliquer cet état de fait valent peut-être mieux que de longs discours.

alimentation en eau

Irrigation

Assainissement

Schéma rizière

pratique culturale régime surverse

Représentation schématique d’un système d’assainissement et d’irrigation

En Irrigation :

–         Type A : des ASA qui pompent de l’eau du Rhône et alimentent un périmètre défini par un canal principal et des branches le long desquelles les particuliers re-pompent l’eau dont ils ont besoin,

–         Type B : des ASA qui pompent de l’eau au Rhône et alimentent un périmètre défini par un canal en relief et des branches le long desquelles les particuliers s’approvisionnent par gravité,

–         Type C : des particuliers qui pompent de l’eau au Rhône et irriguent leur périmètre par gravité.

–         Type D  :  des ASA ou des particuliers qui pompent l’eau dans les réseaux d’assainissement pour recharger les réseaux d’irrigation.

–         Type   E : quelques particuliers qui pompent dans des puits « à proximité » des réseaux des ASA ou par sondage.

En Assainissement : chaque parcelle de terrain est rattachée à un périmètre d’assainissement (ASA) ; les fossés d’assainissement (exutoire privé) de ces parcelles se jettent dans des bretelles et canaux d’assainissement regroupés en un périmètre (adhérents) précis ; les canaux de ces ASA se jettent dans une unité de regroupement (Corrège Camargue Major) disposant de stations de pompage pour rejeter l’eau au Rhône

ASA assainissement 1

ASA assainissement 2

mer

Petit Rhône

Grand Rhône

Vaccarès et étangs inférieurs

Pompe de relevage

Pompe d’évacuation

Pompe d’évacuation

particulier

ASA irrigation

particulier

Quant aux pratiques culturales, même si une marge d’amélioration existe bel et bien, elles sont globalement en place et font partie de l’état de fait actuel. Il faut faire avec mieux adapter le système hydraulique.

Le relevé de nos observations a pour objectif :

–         De vous informer sur des dysfonctionnements après avoir étudier le fonctionnement,

–         De proposer des améliorations pérennes dont certaines pourraient être mises en œuvre « impérativement » en périodes de risque (vigilance météo, risques pluvio-orageux),

–         De suggérer une évolution nécessaire des structures (fusion, regroupement, fédération) en vue d’harmoniser les dispositifs, les coûts, et de limiter les risques,

–         Avec un dispositif expérimental (prédisposant le futur dispositif) qui se mettrait en place immédiatement pour faire face aux périodes de vigilance (dans un premier temps).

Ce texte à usage interne du conseil des sages ne représente qu’une information générale de la commission risques majeurs pour alimenter les débats ou les discussions de la réunion du 11-10-2010 .

Au cours de cette réunion, nous pourrions proposer la mise en place d’une commission de suivi propre à la Camargue (composition , nomination, objectifs, etc).

Cette commission de suivi pourrait en période de vigilance orange

-observer les quantités d’eau qui rentrent encore en Camargue par pompage

-observer les quantités d’eau qui sortent par pompage

-observer les niveaux des étangs et les mouvements avec la mer ou les fossés d’assainissement

– rendre compte (à qui ?)

-proposer des améliorations : dans un premier temps par un dispositif expérimental qui fonctionnerait en période de vigilance orange, dans un deuxième temps ce dispositif pourrait s’étendre .

Il va de soi que l’intervention ponctuelle en période de vigilance ne ferait , au mieux que de limiter l’ampleur des dégâts , et ne traiterait pas le risque majeur.

Diverses réunions de commissions ont déjà eu lieu depuis la rentrée de septembre 2010. Celle des référents du 1e -10 2010 avait pour but de faire la synthèse de leurs travaux en cours et à venir. Tenue en présence de Nicolas Koukas, adjoint au Maire, délégué à la démocratie participative, elle a donné lieu à un tour de table sur les différents dossiers présentés par chacun des responsables.

Chaque projet abouti fait ensuite l’objet d’une synthèse. Elle est assortie de propositions étayées par des documents précis, et des communications de spécialistes. Tous les conseillers peuvent y avoir accès.
Elle est ensuite présentée aux élus comme document de travail pouvant les aider dans les décisions qu’ils auront à prendre.
Nicolas Koukas précisait à ce sujet que chacun des dossiers finalisés doivent lui être communiqués afin qu’il les présente directement au Bureau Municipal. Les conclusions de celui-ci seront ensuite communiquées au CDS.

Cadre de Vie – Risques Majeurs – Agenda 21 et Développement durable
Monsieur Yves Lassagne a annoncé les réunions d’informations et d’études qui se dérouleront selon le schéma suivant : 2 seront consacrées aux Risques majeurs, une autre à la désertification, une autre à l’eau , une autre à l’étude plus approfondie de ce qui s’est passé en Camargue et autour de Tarascon à l’occasion des derniers épisodes pluviaux, ainsi qu’à la coordination des interventions des différents acteurs du territoire.

Patrimoine – Développement touristique
Jean-Pierre Pinoteau rappelait les 2 dossiers en cours d’étude depuis plusieurs années :
Le projet Avitus dont le but serait :  » D‘offrir aux arlésiens et aux visiteurs une approche globale et synthétique du patrimoine romain de la ville permettant de dynamiser le quartier des arènes en soirée, en apportant à l’hôtellerie et à la restauration un attrait supplémentaire. »
Le projet d’École Internationale Méditerranéenne du Tourisme est en cours d’étude au niveau des décideurs. Le CDS fait parti du Comité de pilotage du Projet. Il en va de même pour les travaux de valorisation envisagés autour de la Verrerie de Trinquetaille.
Un nouveau projet proposé par Robert Brun est à l’ordre du jour. Il s’agit de préparer un « Livre Blanc : « Appelé à répertorier toutes les anomalies de la ville d’Arles, relevées par nos conseillers. » Il s’agira pour eux de faire appel à leurs propres constatations, mais aussi celles de leurs relations. La demande a été faite auprès de tous les présidents de Comités d’intérêts de quartier, de hameaux, de villages pour qu’ils participent à cette opération et communiquent leurs propres constats. Chaque anomalie relevée devra être illustrée par une photo (celle-ci peut être réalisée, à la demande, par le CDS) et assortie d’une proposition simple à réaliser pour y remédier. Le « Livre Blanc » sera ensuite remis aux élus comme document d’information et de travail.
Jean-Pierre Pinoteau ajoutait enfin que l’exercice en cours serait en même temps consacré à une étude approfondie du fonctionnement administratif de la culture : subventions, éligibilité, gestion, salles de spectacles…
La commission Ressources d’informations
Placée sous la responsabilité de Michel Lacroux et de Pierre Guillot, elle s’attache à développer la communication interne au CDS. Un journal trimestriel, Le Trait d’Union leur permet de suivre les différents travaux des commissions.
La commission prépare une Assemblée Plénière extraordinaire qui permettra d’étudier les moyens d’optimiser cette communication interne. Elle se déroulera le 20 novembre 2010 à partir de 14h30 en un lieu qu’il reste encore à définir. A cet effet, un questionnaire a été mis au point et diffusé dans le dernier Trait d’Union. Les conseillers sont invités à le remplir et à le faire parvenir à la commission dans les meilleurs délais.
Il a été proposé de mettre à jour le règlement intérieur afin de mieux « coller » aux évolutions du fonctionnement du CDS depuis sa création.
Le projet photo, véritable trombinoscope des conseillers et expression de leur engagement vis à vis de la Cité est en cours de réalisation.

La commission Développement urbain et Programmation
Placée sous la responsabilité de Pierre Brini et Jean-Marie Guillot, elle continue ses travaux, études et propositions sur la sécurisation des abords du nouveau collège Mistral.
Elle étudie les dossiers concernant les déplacements en ville, la circulation, les parkings et les méthodes dites de circulation douce ou apaisée via des rencontres avec des spécialistes et les responsables à tous les niveaux de ces dossiers.
L’Assemblée Plénière du Conseil des Sages placée sous la présidence d’Hervé Schiavetti, Maire d’Arles, se tiendra le mardi 19 octobre, à partir de 14h30, en Salle d’Honneur de la Mairie d’Arles.

Agenda

octobre 2010
L M M J V S D
« Juin   Nov »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031